Bientôt 19 mois que ce corps, mon corps, permet la vie. 9 mois pile, pas un jour de moins, à créer et porter une superbe petite fille. Presque 10 mois supplémentaires à la faire vivre et à la regarder fièrement s'épanouir en lui créant une potion magique sur mesure. Certain.e.s savent bien ici à quel point mon corps et moi on a pu se détester pendant des années. Presque à en crever. J'ai cherché pendant une bonne dizaine d'années ce qu'il fallait pour qu'on fasse la paix. Avoir le corps des mannequins photoshoppés ? Le faire saigner ? Exploser ? Vomir jusqu'à disparaître ? Le piquer, le droguer, le perdre quelque part, le perdre avec quelqu'un ?
J'ai gardé toutes ces années dans un coin de ma tête l'idée que tant qu'il ne serait pas PARFAIT on ne pourrait pas s'aimer lui et moi, et que la cohabitation même serait difficile. Un corps parfait. Je ne me suis jamais autant trompée de toute ma vie. Ce qu'il lui fallait c'était une utilité. Il fallait qu'il pète de partout, que les chairs explosent, que mes cuisses, mes fesses, mon ventre, mes seins se morcèlent et se couvrent de vergetures, il fallait que le cocon éclate pour que je vois le papillon. Voilà mon corps aujourd'hui. J'ai de la "chance", mes vergetures de grossesse sont quasi invisibles à moins de venir coller son nez à quelques centimètres de ma peau. Mais il suffit d'appuyer un peu pour voir les plis de ma peau détendue par les hormones (et les kilos) de grossesse se former. Avant d'être enceinte je regardais ce genre de photos avec effroi, je me souviens même d'une fois où j'ai dit à mon mari-pas-encore-mari-à-l-époque "non mais regarde, LA PAUVRE". La. Pauvre. Je planais à des kilomètres de la vérité. Parce que vous voulez que je vous dise ? J'adore ces plis, j'adore cette peau en trop qui ne se voit que si je le veux. Ce sont mes zébrures préférées entre toutes ; c'est l'ancienne maison de ma fille, la preuve que j'ai porté l'univers en moi, mon souvenir à tout jamais. Pour rien au monde je ne voudrais les voir disparaître. À chaque fois que j'appuie un peu pour les faire ressortir et les regarder j'ai les yeux mouillés d'émotion.


Toutes ces années... c'était ça, mon corps parfait.

 

Retour à l'accueil