Aujourd'hui avec le #collectifMUM dont je fais partie, je viens vous parler adultisme. L'adultisme c'est quoi ? Comme le sexisme, le racisme, l'antisémitisme et toutes ces choses réjouissantes (hum), il s'agit d'une oppression, discrimination, hostilité violente (consciente ou inconsciente) envers un groupe d'êtres humains. Pour faire (très) simple, si le sexisme discrimine par le genre, et le racisme par la couleur de peau, l'adultisme discrimine par l'âge. Le professeur Barry Checkoway définit l’adultisme comme suit : « Tous les comportements et les attitudes qui partent du postulat que les adultes sont meilleurs que les jeunes, et qu'ils sont autorisés à se comporter avec eux de n’importe quelle manière, sans leur demander leur avis. » . Yves Bonnardel utilise les termes "domination et appropriation de la partie jeune de la population par la population adulte". En gros : les adultes savent mieux que les enfants (y compris concernant les besoins primaires de ces derniers), les adultes peuvent faire ce qu'ils veulent avec les enfants qui sont en quelque sorte leur propriété (sauf les tuer, les faire travailler de façon rémunérée et les utiliser sexuellement), les adultes ont toujours raison et les enfants ont toujours tort (cf 1er point) et lorsqu'un adulte reconnaît le caractère intrusif ou injuste de l'un de ses gestes il lui suffit de brandir le fameux "MAIS C'EST POUR SON BIEN" ou son cousin "CE N'EST QU'UN ENFANT" pour être (auto)validé dans son rôle d'oppresseur.
Bon là, en général, comme avec toutes les discriminations envers un groupe donné dont on ne fait pas partie, deux clans s'affrontent. "Oui mais on a toujours fait comme ça" (je suppose que les hommes se répétaient la même chose d'un air désolé lorsque les femmes n'avaient ni le droit de voter ni celui d'ouvrir un compte en banque sans l'autorisation de leur mari) VS "purée c'est vrai que quand on y réfléchit deux secondes.. c'est violent ce qu'on leur fait subir uniquement sous prétexte qu'ils sont plus jeunes que nous." (Je vous laisse deviner mon camp)
 
Est-ce que j'aimerais qu'on me force à manger ou ne pas manger quelque chose ?
Est-ce que j'aimerais qu'on me nettoie le sexe et l'anus sans me demander mon consentement préalable ?
Est-ce que j'aimerais qu'on m'assied ou me fasse marcher de force alors que mon développement psychomoteur m'en empêche ?
Est-ce que j'aimerais qu'on m'empêche sans cesse de faire ce que JE veux concernant TOUS les aspects de MA vie ?
Est-ce que j'aimerais qu'on m'empêche de choisir mes vêtements chaque matin ?
Est-ce que j'aimerais n'avoir absolument aucun contrôle sur mes déplacements et mes activités au fur et à mesure de la journée ?
Est-ce que j'aimerais me faire crier dessus ?
Est-ce que j'aimerais me faire frapper - juste parce que la personne qui me frappe "n'en est pas morte" ?
Est-ce que j'aimerais être insulté-e de capricieux-se, d'insolent-e, de petit monstre ou autre mot de ce style alors que je passe déjà 90% de mon temps à écouter des ordres et et interdictions diverses et arbitraires ?
Est-ce que j'aimerais que l'on me force à embrasser quelqu'un ?
Est-ce que j'aimerais que l'on interprète mes moindres faits et gestes sans tenir compte de mon développement psychomoteur actuel et de mon cerveau en pleine construction ?
Est-ce que j'aimerais passer ma vie du matin au soir (et même la nuit !) à obéir aveuglément à quelqu'un en position de toute-puissance ?
Est-ce que j'aimerais que l'on refuse de me consoler lorsque je pleure toutes les larmes de mon corps et que j'ai besoin d'un câlin ?
Est-ce que j'aimerais que l'on me force à prêter mes affaires personnelles ?
Est-ce que j'aimerais que l'on jette, donne ou vende mes affaires sans mon autorisation préalable ?
Est-ce que j'aimerais que l'on me force à me coucher quand une personne toute puissante l'a décidé et non pas quand JE veux aller me coucher ?
Est-ce que j'aimerais tout simplement que des individus se permettent de tout décider pour MOI concernant MA vie, MES besoins, MES envies ?
.
Personnellement, non. Je hurlerais. Et vous ?
 
L'adultisme est une VEO (violence éducative ordinaire), et même une VE très O ! Toute la société française actuelle est façonnée sur un modèle adultiste. La domination est tellement omniprésente, tellement unanimement acceptée, tellement banalisée, il suffit de voir le vocabulaire employé lorsqu'un adulte accepte de rendre un peu de respect et de libre-arbitre à un enfant : il "cède", il en fait un "enfant roi". Sous-entendu : les relations adultes-enfants sont des relations de pouvoir et de soumission et uniquement cela. Si l'adulte ne soumet pas son enfant c'est que forcément l'enfant commence à le soumettre lui. Une guerre de territoire. Une guerre ! Mais quelle tristesse ! Combattre l'adultisme c'est décider de prendre le chemin du respect mutuel et de la coopération. C'est arrêter de relayer un modèle "fais ce que je dis, pas ce que je fais" (on en parle du nombre d'adulte demandant le respect à leurs enfants alors qu'eux mêmes sont à des kilomètres de les respecter dans leur intégrité ?). Quand on quitte l'adultisme, personne ne cherche à dominer personne. Ce n'est pas parce que l'adulte n'est plus roi que l'enfant le devient ! Il peut n'y avoir aucun roi ! (Coucou #anarchie et #punkparenting 😁)
Alors, forcément, quand on a soit même été opprimé-e et oppresseur-euse pendant des années, ça fait mal d'ouvrir les yeux là dessus. Quand on baigne dans un climat discriminant permanent, la discrimination s'efface presque tellement elle fait partie du paysage. On s'étonne de voir un enfant libre de manger, s'assoir, dormir selon ses propres envies ! Puis surtout, le point qui fache, quand on a toujours connu que ça, on ne sait plus vivre ou communiquer avec des enfants sans faire preuve d'adultisme. On va pas se mentir, sortir de ce scénario super glauque n'est pas une mince affaire.

 

Tout à coup, souvent, on veut changer, on veut faire différemment mais on a peur de mal faire. Le pire ennemi ? Le laxisme. Cette peur du laxisme je la lis tous les jours (je n'exagère pas) par message privé. Mais vous savez quoi ? Le laxisme FAIT PARTIE des Violences Educatives Ordinaires, et le but n'est pas de laisser une violence pour en trouver une autre. Le laxisme c'est simple, ça consiste à tout laisser faire pour surtout ne pas se prendre la tête, peu importe la sécurité physique et affective de son enfant. Quitter les VEO, (tenter de) quitter l'adultisme, c'est plutôt l'exact inverse : je vous assure que quand on n'a connu que ça, faire différemment demande une réflexion de chaque instant. On réfléchit tout le temps. On en discute, avec son enfant, son conjoint, ses ami-e-s, des inconnu-es qui prennent eux aussi ce chemin du respect. On n'en dort pas la nuit parfois. Mais quel bonheur et quelle fierté de se dire que l'on applique chaque jour ce petit dicton simple : "ne fais pas à autrui ce que tu n'aimerais pas que l'on te fasse". Il n'y a pas de petite astérisque derrière autrui* qui dirait *sauf si c'est un enfant dans ce cas là lâche toi (en tout cas moi je ne la vois pas).
Vous rendez vous compte que la société nous incite à montrer plus de respect à un adulte inconnu qu'à l'enfant que nous avons mis au monde ou adopté ?

 

Alors voilà, durant cette petite semaine (lundi => vendredi), je vais en profiter pour vous parler de ce sujet qui me tient profondement a coeur, pas comme une pro, pas comme une "mère parfaite" (eh oh les gars on se rappelle, moi aussi je suis dans le combat, j'ai toujours pas fini d'identifier et de virer toutes les VEO de mon quotidien), juste comme une personne qui se sent concernée parce qu'elle a fait partie des deux camps, les oppressés et les oppresseurs. Peut-être est-ce votre cas aussi ?
Tout au long de la semaine je vais partager quelques extraits en story de la première partie du livre d'Yves Bonnardel, "La domination adulte - l'oppression des mineurs" (pépite trouvable chez @lehetremyriadis ) (je n'ai pas encore fini cette lecture qui est très dure pour moi sur beaucoup de plans mais tellement tellement instructive), qui s'exprime bien mieux que moi sur le sujet. J'en profite également pour rappeler qu'une liste de livres bienveillants et sans VEO est disponible dans ma story à la une "lectures", qu'il existe un fantastique groupe de parole sur facebook sur le sujet qui s'appelle "Enfances épanouies : échanges et conseils sans VEO" et que le site @stopveoofficiel est également là pour nous aider, toutes et tous, petits et grands. Pour les parisien-ne-s, je vous donne également RDV mercredi au lac de Saint Mandé à 15h30 avec @littlebunbao pour échanger de vive voix sur le sujet autour d'un petit goûter. Il parait qu'avec des gouttes d'eau on fait des océans.. et si on essayait ?
Retour à l'accueil